Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

Les Belges à la conquête des vagues françaises

Si les 66 kilomètres de côte belge suffisent à éveiller des passions, c’est en France, sur ses plages venteuses et eaux animées, que les Belges amateurs de sports nautiques et aérotractés mettent le cap pour les assouvir pleinement. Rencontre avec Bart Van Hooreweghe, président de la fédération belge flamande de sports nautiques et aérotractés « Wind en Watersport Vlaanderen » et fidèle amoureux de la France, contre vents et marées.

Quelle place occupe la France dans l’univers des sports nautiques et aérotractés ?

La France est un des pays les plus importants pour les sports nautiques ! L’intérêt du public y est très grand puisque les Français se passionnent non seulement pour la voile mais aussi pour des sports apparus plus récemment comme la planche à voile ou le surf. On trouve donc en France un grand nombre de clubs où le niveau d’apprentissage et d’entrainement est très bon.

Cette passion française porte-t-elle le pays sur le devant de la scène internationale dans la pratique de ces sports ?

C’est évident, et particulièrement dans le monde des voiliers où la France est à bien des égards une référence. C’est vrai que le pays doit maintenant céder sa position de leader à des pays comme la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis lors de la Coupe de l’America mais vous ne pouvez certainement pas compter sans la France dans la pratique de la voile offshore ! Je pense par exemple à des compétitions comme le tour du monde en solitaire ou, le tour du monde ultime, le Vendée Globe. C’est en effet un Français, Francis Joyon, qui détient le record de rapidité pour un tour sans arrêt et sans aide, avec un temps de 40 jours 23 heures 30 minutes et 30 secondes ! Un autre élément qui témoigne de l’importance de la France, c’est le nombre élevé d’importantes entreprises et constructeurs de bateaux et voiles que compte l’Hexagone.

Avec votre Fédération, vous représentez de nombreux amateurs belges de sports marins et aérotractés. Quelle importance revêt la France dans vos activités ?

Nous organisons en France des camps sportifs pour profiter de vagues plus hautes et plus nombreuses. Nos surfeurs y sont donc très actifs, tant pour la formation que pour les compétitions. C’est d’ailleurs en France, à Vieux-Boucau (dans les Landes), que nous organisons chaque année notre championnat belge de surf ! Par ailleurs, nous souhaiterions aussi collaborer avec notre équivalent français pour établir une reconnaissance du diplôme pour instructeur dans nos deux pays.

En tant que président de la fédération, êtes-vous vous-même un passionné de sports nautiques ?

Absolument ! Je navigue depuis mon enfance dans des types de bateaux variés, la plupart du temps dans le cadre de compétitions. Je suis particulièrement passionné de voile, une passion qui m’est venue naturellement puisqu’en tant que natif de Nieuport, la mer du nord est tout simplement mon biotope ! Ce que j’aime dans la pratique de la voile, c’est qu’elle vous permet de profiter de la nature mais également de lutter avec les éléments naturels. Vous apprenez aussi à interpréter et faire face aux vents et à l’eau, que ce soit en mer ou sur un lac. Ma passion pour la voile est donc une source d’apaisement mais également de grands défis et un véritable virus que j’ai transmis à mes enfants ! Nous avons ainsi eu la chance de passer beaucoup de temps sur l’eau ensemble, à sillonner l’Europe. Par ailleurs, mon filleul est aussi un fervent surfeur qui se fait remarquer dans des compétitions internationales, ce qui l’amène évidemment à s’entrainer souvent en France pour profiter des grandes vagues.

La voile est donc ESSENTIELLE dans votre vie et, par conséquent, la France aussi ?

En effet ! La France est ma destination de vacances préférée, et ce même sans compter ma pratique de la voile ! J’aime également le pays pour sa culture française et sa nature, de Paris au Sud de la France. Les gens y sont ouverts, accueillants et chaleureux. Je trouve aussi que la France est un pays fascinant d’un point de vue économique et politique, et un moteur important pour toute l’Europe. Nous avons d’ailleurs un dicton chez nous : s’il pleut à Paris, il goutte à Bruxelles !

C’est donc un pays que vous connaissez bien ! Quelle est votre destination coup de cœur pour y pratiquer la voile ?

Pour la voile, Quiberon et le golfe du Morbihan sont évidemment les destinations de choix. J’ai particulièrement de très beaux souvenirs à Belle-Ile-en-Mer, avec ses ports charmants et sa nature si belle ! Et l’avantage de partir en mer, c’est que vous n’avez pas à vous soucier du centre touristique en haute saison.

Wind en Watersport Vlaanderen est la fédération belge flamande de sports nautiques et aérotractés. Elle représente les intérêts des clubs et amateurs de sports nautiques actifs dans la pratique de la voile (du canoë au voilier), la planche à voile, le surf ou encore le char à voile. La fédération garantit la qualité de l’offre sportive à destination de divers publics, du jeune amateur à l'athlète, en passant par les gestionnaires de club, instructeurs et formateurs.

Quel serait alors le programme d’une journée idéale à Belle-Ile-en-Mer ?

Après une sortie en voile, je me mets à quai à Le Palais. Nous louons ensuite des vélos électriques pour explorer l’île en famille, ses belles campagnes et sa côte. Enfin, après l’effort, nous nous offrons un bon repas gastronomique à la Citadelle Vauban !

Fédération belge des sports nautiques (Lien externe)