7 expériences insolites à la montagne pour se reconnecter à la nature

Se dépasser, sortir de sa zone de confort, s’émerveiller devant la beauté du monde qui nous entoure : cet hiver, on prend le temps de savourer la montagne. Dans les Alpes, le massif des Vosges, les montagnes du Jura ou les Pyrénées, osez sortir des sentiers battus pour vivre l’une de ces 7 expériences incroyables au cœur de la nature.

#1 - Vivre la montagne de nuit

La nuit est calme, les bruits sont étouffés par la neige. Seuls les glissements de vos pas sur la neige percent le silence. Parfois, un cri se fait entendre au loin, dans un arbre. Une chouette hulotte, peut-être ? Au-dessus de vous, le ciel est merveilleusement étoilé : la pollution lumineuse est si faible, en montagne ! Une expérience à vivre pour une soirée seulement, par exemple lors d’une sortie nocturne en raquettes, d’un bivouac dans la neige, ou d’une descente à ski de nuit : à Courchevel, en Savoie, ou au Grand Bornand, en Haute-Savoie, des pistes sont éclairées la nuit ! Et pour une expérience en pleine nature, direction le refuge du Fond des Fours, à Val d’Isère : accessible seulement en ski de randonnée, il promet une nuit au plus proche de la nature.

Dans les Vosges, entre forêts et crêtes, l’accompagnateur en montagne Valéry Poirot vous emmène pour une balade nocturne inoubliable au départ de La Bresse, non loin de Gérardmer. Sur les hauteurs de Saulxures-sur-Moselotte, près des pistes de Ventron, les étoiles scintillent au-dessus de vos têtes. Valéry Poirot vous délivre tous les secrets du ciel, et particulièrement ceux de la constellation d’Orion, la vedette de l’hiver !

Renseignez-vous auprès des opérateurs pour connaitre les conditions d’accueil par rapport aux mesures sanitaires.

Refuge du Fond des Fours (Lien externe)
Rand'Astro - Valéry Poirot (Lien externe)

#2 - Prendre un bain de forêt

Connaissez-vous le Shinrin-yoku ? Cette médecine forestière, très populaire au Japon, invite à se rapprocher de la nature, pour redécouvrir en soi sa capacité d’auto-guérison. Proche de la sylvothérapie, cet art des bains de forêts consiste à se relier aux arbres et à la végétation qui nous entoure.

En plein hiver, lorsque la nature hiberne, cette expérience est particulièrement riche ! Entre les sapins et les hêtres, on s’offre un doux et silencieux voyage. La neige invite à observer les traces des animaux, les cristaux scintillent dans les branches, et l’on marche en pleine conscience : un bain de forêt 100 % ressourçant, à vivre par exemple dans les grandes forêts des Vosges ou du Jura, mais aussi dans certaines stations des Alpes comme Morzine ou Chamonix, où l’on peut profiter d’une sortie d’1h30 en tête-à-tête avec le praticien.

#3 - S’initier à la conduite des chiens de traîneaux

S’il est un massif associé aux chiens de traîneaux, c’est bien le Vercors ! De Méaudre à Autrans, les équipages s’entraînent et proposent des sorties. Mais il est désormais possible de trouver des équipages ailleurs, que ce soit dans les Alpes (dans le Grand Massif sur les hauteurs de Morillon, aux Contamines-Montjoie, à Val Cenis ou encore à Chamonix), le Haut-Jura, les Vosges mais aussi dans les Pyrénées.

Les compagnies d’attelage proposent aux voyageurs de s’initier à la discipline, le temps d’une demi-journée ou de stages plus longs. On commence par rencontrer la meute, composée d’une dizaine de chiens par traîneau. Excités par la perspective de la balade, les chiens aboient, et c’est dans une joyeuse cacophonie que l’on débute la journée. Une fois attelés, on s’installe dans le traîneau : c’est parti pour une randonnée dans les grands espaces enneigés.

Renseignez-vous auprès des opérateurs pour connaitre les conditions d’accueil par rapport aux mesures sanitaires.

#4 - Partir pour un safari hivernal et discret

Chut : la nature s’est endormie ! Patience, observation, silence et émerveillement sont au programme des sorties naturalistes hivernales. Au cœur du Parc national de la Vanoise, depuis la station de Pralognan-la-Vanoise, l’accompagnateur en montagne et photographe Pierre Descotes vous emmène à la rencontre des espèces emblématiques du parc. On passe la nuit dans un ancien chalet de berger à 2 000 mètres d’altitude, et au petit matin, lorsque la forêt se réveille, on sort les objectifs. Une chasse photographique au plus près de l’écosystème alpin.

Pour des sorties naturalistes plus classiques, on se tourne vers les Parcs nationaux : quatre sont situés dans des territoires de montagne. La Vanoise, donc, mais aussi le Parc national des Pyrénées, celui des Ecrins et du Mercantour. Enfin, dans toutes les stations de France, on peut trouver des guides naturalistes qui seront ravis de partager la richesse de leur territoire, y compris dans les Vosges et le Jura où l’on trouve des Parcs naturels régionaux.

Renseignez-vous auprès des opérateurs pour connaitre les conditions d’accueil par rapport aux mesures sanitaires.

Safari avec le guide et photographe Pierre Descotes (Lien externe)

#5 - S’essayer à un stage de survie en pleine montagne

Et si on vivait une folle expérience de survie en pleine nature ? L’hiver, c’est encore plus incroyable ! On apprend à construire un abri, à faire du feu, à s’orienter en montagne, à traverser les rivières grâce à des cordes, on s’initie aux gestes de base du secourisme comme aux plantes sauvages qui nous entourent. Et on en apprend autant sur la nature que sur nous-mêmes. Intense.

Les stages sont accessibles à tous les niveaux, certains sont proposés aux débutants et d’autres aux survivalistes expérimentés. Dans les Alpes, à tester dans la vallée du Giffre, à Morillon, sur le plateau des Glières au Petit Bornand, en Haute-Savoie, à Courchevel ou encore à Lans-en-Vercors. On peut aussi se tourner vers les stations des Pyrénées, qui accueillent des stages de survie en montagne, notamment autour de Font-Romeu : là, on peut même vivre une expérience de survie "grand froid". A réserver aux plus téméraires !

Renseignez-vous auprès des opérateurs pour connaitre les conditions d’accueil par rapport aux mesures sanitaires.

#6 - Plonger sous la glace

Envie de plonger sous la glace ? Il faut prendre de la hauteur pour trouver un lac gelé. Dans les Alpes, direction le lac de Tignes, le lac de Montriond ou le lac de Sollières, à Val Cenis. Dans les Pyrénées, cap sur le lac de Balcère, dans la station des Angles au Capcir. Équipé d’une combinaison étanche, il s’agit de s’immerger dans l’eau glacée grâce à un trou creusé dans la glace. Relié par une corde à un moniteur tout au long de la plongée, on profite d’une immersion magique d’une vingtaine de minutes : pas plus, cela fatiguerait trop le corps ! De quoi expérimenter le silence immense qui règne sous la glace, rêver en contemplant le ballet des bulles d’air, et vibrer avec la faune aquatique. Féérique.

Une variante : si le lac de Sollières n’est pas gelé, on peut s’y essayer au ice floating : équipé d’une combinaison épaisse et étanche, on se laisse flotter dans l’eau glacée. Il paraît que cela détend le corps et l’esprit !

Renseignez-vous auprès des opérateurs pour connaitre les conditions d’accueil par rapport aux mesures sanitaires.

Ice floating à Val Cenis (Lien externe)

#7 - Se dépasser en randonnée à ski-pulka

Pour s’imaginer en Arctique, les apprentis aventuriers peuvent se lancer dans une traversée en ski-pulka. Chaussés de skis de randonnée, les courageux tirent derrière eux leur pulka, un traîneau qui sert de valise et leur permet de charrier le nécessaire pour bivouaquer. Une activité à pratiquer par exemple sur les plateaux du Vercors, ou dans la vallée de la Clarée, dans les Hautes-Alpes, mais toutes les stations où l’on peut faire du ski de randonnées peuvent s’y prêter : il suffit de louer une pulka ! Dans le Jura, qui déroule l’un des plus grands espaces nordiques d’Europe, on peut même prévoir une traversée complète du massif en ski-pulka au départ de la station des Rousses.

Renseignez-vous auprès des opérateurs pour connaitre les conditions d’accueil par rapport aux mesures sanitaires.