Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

La minute sucrée avec... Le caramel au beurre salé.

Il suffit d’une touche de beurre salé à la fleur de sel de Guérande, un peu de sucre et d’un geste généreux de crème fraiche pour créer immédiatement l’addiction. Toujours fourré dans une poche ou caché dans la boite à gant, le caramel au beurre salé reste un compagnon de route de premier choix. Retour sur sa vie, son œuvre !

Temps de lecture : 1 minute chrono

Carte de visite

Quiberonnaise d’origine et produit star breton depuis 1946, la confiserie sucrée/salée réputée pour coller aux dents doit sa popularité à sa texture et à sa saveur bien singulière. Primé de nombreuses fois pour sa recette originale, le bonbon se décline aujourd’hui en pâte à tartiner, sucette que l’on appelle « niniche » (un best-seller), caramel liquide et plus récemment crème glacée.

Histoire et légendes

Pour connaître l’origine du caramel au beurre salé, il faut remonter en 1343, époque à laquelle le roi Philippe VI de Valois ordonna une taxe sur le sel appelée « la gabelle ». Le beurre doux fut alors monnaie courante dans toute la France, excepté en Bretagne, l’irréductible « pays franc ». C’est donc en tant qu’outsiders du sel que les Bretons s’en donnèrent à cœur joie pour confectionner du beurre salé à foison, jusqu’à finir par le mêler au caramel. Mais il faudra attendre le XXème siècle pour goûter au véritable caramel au beurre salé. Des chocolatiers bretons comme la Maison d’Armorine ou la maison Leroux à Quiberon populariseront le bonbon dans les années 70.

Secrets de préparation

Simple, la préparation prend en tout et pour tout 10 minutes. Recouvrez une plaque de four de papier de cuisson, huilez les rebords intérieurs d’un cadre inox. À côté, dans une casserole, faites revenir le sucre avec un peu de vanille, caramélisez le tout avec une dernière touche de sucre. Chauffez ensuite la crème fleurette sans arriver à ébullition. Lorsque la température du caramel atteint 180°, ajoutez la crème et mélangez. Dès que le caramel redescend à 140°, ajoutez le beurre, puis prenez bien soin d’ajouter une pincée de fleur de sel au caramel (le meilleur). Versez le tout dans le cadre inox, laissez reposer au réfrigérateur deux heures puis découpez la pâte molle en petits carrés. C’est prêt ! Source (Lien externe)

L’anecdote savoureuse

À l’occasion des 20 ans de sa chocolaterie quiberonnaise, Henri Leroux confectionne le plus long caramel au beurre salé du monde. Le bonbon mesure 567,85 m de long pour 200 kg de gourmandise, soit l’équivalent de 24 000 caramels réunis. Le petit plus ? L’ensemble des bénéfices de l’opération ont été reversés à l’association SNSM (sauveteur en mer) et au service pédiatrie de l’hôpital Curie de Villejuif.


Les deux meilleures adresses où trouver le bon, le vrai caramel au beurre salé :

Aller
plus loin