J’irai me dépayser sur une île sauvage en France

À l’approche de 2019, on voudrait partir loin, s’évader du quotidien et prendre un nouveau départ. Pourquoi ne pas prendre le large sur une île paradisiaque, à quelques pas seulement des côtes françaises ? Cap sur les îles métropolitaines.

Belle-Ile-en-mer, plus qu’une chanson de Laurent Voulzy

«...moi des souvenirs d’enfance, en France ». Des paroles que l’on peut difficilement oublier, tout comme la beauté de cette terre bretonne, au large du Morbihan, que l’on appelle si justement Belle-Île-en-Mer (Lien externe) . Y faire une halte, ne serait-ce que quelques jours au cours de sa vie est un moment suspendu. Ses eaux turquoise, sa nature verdoyante, les aiguilles de Port Coton, la pointe des Poulains, son littoral brut et sauvage, son imposant phare de Kervilahouen. Ici, tout est enchanteur. Mais aussi inspirant. C’est en effet à Belle-Ile que la comédienne Sarah Bernhardt et le peintre Claude Monet ont trouvé, chacun à leur époque, un refuge doux et agréable.
Se rendre à Belle-Île-en-mer : L’île est desservie en bateau au départ de Quiberon, en 45 minutes de traversée. Voir les compagnies ferroviaires... (Lien externe)

Port-Cros, la plus sauvage sans aucun doute

Changement de décor. Direction la Méditerranée où l’on part accoster sous le soleil, à Port-Cros (Lien externe) . Accessible uniquement depuis Hyères et le Lavandou, ce bout de terre est une ode à la nature. Sauvage, l’île fait partie également des endroits les plus préservés des îles d’Or. Rattachée au parc national qui porte son nom (Port-Cros Parc National), elle se distingue des autres îlots par son caractère bien trempé. Ici, hors de question d’utiliser un autre moyen de transport que ses pieds. Même pêcher, fumer ou cueillir une quelconque végétation y est strictement interdit. Pour se promener, emprunter ses sentiers de plantes, des crêtes et des forts.
Se rendre à Port-Cros (Lien externe) : Des navettes bateau partent depuis le Port Saint-Pierre ou le port principal d’Hyères.

Bréhat, la fille en fleurs

View this post on Instagram

#brehat #Bretagne

A post shared by île de Bréhat (@ile_de_brehat) on

Retour en Bretagne, du côté des Côtes-d’Armor pour y humer le climat doux et fleuri d’une île si singulière : Bréhat (Lien externe) . Comme un refuge de l’âme, cette petite île de 300 hectares invite aux échappées presque tropicales. Avec ses couleurs, son exotisme, ses mille et une fleurs, on ne sait plus où donner de la tête… En s’y promenant à pied, on ne compte plus non plus les palmiers, figuiers ou mimosas que l’on croise. Un vrai paradis terrestre. Ici aussi, la voiture est formellement interdite et tant mieux. Près de la citadelle, on aime flâner parmi les petites ruelles, toutes pétries de charme, s’arrêter devant les maisonnettes au jardin clos. Ne pas manquer de faire un détour par le moulin à marée du Birlot. On dit qu’il continue de moudre du blé noir…
Comment y aller ? (Lien externe) : Traversées (10 minutes) depuis Ploubazlanec et, en saison, depuis Saint-Quay-Portrieux, Binic et Erquy. Des bateaux proposent aussi un tour de l’île en une heure.

Tatihou, l’aventurière

Du bleu, des forteresses et du sable. Non, il ne s’agit pas du Mont Saint-Michel mais bien de Tatihou (Lien externe) . Une petite île normande très familiale située dans le Cotentin. Bordée par la Manche, cette île très préservée n’accepte que 500 visiteurs par jour. Mieux vaut donc réserver à l’avance auprès de l’Accueil Tatihou (quai Vauban à Saint-Vaast). Son petit charme à elle, ce sont ses parcs ostréicoles, ses toits en schiste, ses murs en granit, son fort Vauban classé au patrimoine mondial de l’Unesco et son incroyable réserve ornithologique peuplée de goélands argentés. Quant à son joli nom, sachez qu’il n’a rien à voir avec Jacques Tati ou Tahiti. L’île doit tout bonnement son nom aux Vikings. En famille, ne pas manquer le Musée maritime. Celui-ci propose de chouettes ateliers parents-enfants dédiés à la construction de bateau.
Se rendre à Tatihou: En bateau (10 minutes) ou à pied (25 minutes) depuis Saint-Vaast-La-Hougue quand la marée est au plus bas.

Yeu, la campagne au cœur de l’océan

Envoutante, brute, simple, authentique. L’île d’Yeu (Lien externe) est un condensé de beauté aux paysages très variés. Ici, on commence par happer l’ambiance isloise au vieux port. Soirs, midi et matin, celui-ci est en effet réputé pour engrainer familles et amis autour d’une délicieuse crêpe ou pour les plus tardifs, à danser derrière les comptoirs. La journée, on prend son vélo et on longe la côté sauvage entre amis, on fait un stop dans une des charmantes criques avec les pieds dans l’eau turquoise, on dévale les dunes, on part à l’aventure en famille parcourir les dolmens et puis on arrête le temps avec un bon chocolat chaud dans une de ses maisons basses, typiques de l’île.
Se rendre à l’île d’Yeu (Lien externe) : Depuis Nantes, prendre le bus jusqu’à Fromentine et prendre le bateau jusqu’à Yeu. Attention au mal de mer, ça bouge beaucoup.