Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

Les nécropoles de l'Oise

La nécropole nationale de Tracy-le-Mont

Dans la nécropole nationale de Tracy-le-Mont, édifiée en 1920, repose près de 3200 soldats tués aux abords de la commune. Située au bord d’une petite route, elle regroupe les corps d’une dizaine de cimetières provisoires des alentours (Nampcel, Confrécourt, Saint-Crépin-aux-Bois etc.). On y trouve également la tombe d’un soldat français, tué au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La nécropole nationale de Cuts

La nécropole nationale de Cuts est la seule en France où un hommage est explicitement rendu aux soldats des anciennes colonies françaises des Somalis et des Comores. De par ses attributs architecturaux et son organisation spatiale, elle constitue un exemple caractéristique des nécropoles françaises de regroupement des années 1920.

La nécropole militaire française et le cimetière allemand de Thiescourt

La nécropole militaire française et le cimetière allemand de Thiescourt ont été édifiés par la France en 1920, sur un terrain où se trouvait une fosse collective contenant environ 50 corps de soldats allemands et français, inhumés par les Allemands. Ici ont été regroupées les tombes provenant de 16 lieux situés dans un secteur proche. La majorité des soldats allemands inhumés ont participé aux combats décisifs de 1918 ayant conduit à la libération de l’Oise. La nécropole se situe sur le massif de la « petite Suisse », qui fut un secteur militaire déterminant durant le conflit. Aujourd’hui, reposent 1 095 corps dans cette nécropole, qui candidate à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La nécropole militaire française de Compiègne (Royallieu)

On constate la présence de nombreuses sépultures de soldats des anciennes colonies françaises (Mali, Côte d’Ivoire, Algérie et Tunisie) ou d’un actuel département d’outre-mer (Martinique). De plus, la présence de 367 tombes musulmanes témoigne du respect de la religion des défunts lors des inhumations de la Grande Guerre. La nécropole militaire de Royallieu est liée à Compiègne, ville hôpital, qui a joué un rôle majeur pendant le conflit, notamment du point de vue des avancées médicales dans le traitement des blessures de guerre.

tracy le mont