Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

Vous préparer

Informations
pratiques 

Passeport. Permis de conduire. Maillot de bain. Vous avez tout ? Ici, vous trouverez tout ce que vous avez besoin de savoir et de prévoir avant votre voyage en France.

Exposition "Foujita, Peindre dans les années folles" au Musée Maillol à Paris

L'exposition illustre le bouillonnement de la première période parisienne de Foujita.

Cinquante ans après la mort de Foujita, le musée Maillol à Paris consacre jusqu’au 15 juillet une grande exposition à la première période parisienne de cet artiste majeur et pourtant méconnu du XXe siècle.

Quand Tsugouharu Foujita débarque à Paris en 1913 à l’âge de 27 ans, son diplôme des Beaux-Arts de Tokyo en poche, c’est avec la promesse de regagner bien vite son Japon natal. C’était sans compter le talent et le brin de folie de celui qui deviendra l’une des icônes du Montparnasse des années folles.

Au-delà de son image d’excentrique qui a parfois éclipsé son travail, l’exposition organisée par le musée Maillol rend hommage à un artiste singulier qui a imposé son style entre racines orientales et classicisme des grands maitres occidentaux.

Foujita Maillol

Plus d’une centaine d’œuvres majeures empruntées à des musées ou institutions et à des collections privées ont été réunies pour illustrer le bouillonnement de sa première période parisienne (1913-1931), la plus féconde : les siennes bien sûr, mais aussi celles de ses amis ou voisins d’atelier de l’Ecole de Paris, comme Modigliani ou Soutine.

Des oeuvres exposées pour la première fois depuis les années folles

On y retrouve les autoportraits d’un dandy élégant, les fameuses scènes animales d’un grand amoureux des chats et des œuvres plus rares incarnant l’extraordinaire créativité d’un artiste total mêlant dessin, peinture, calligraphie ou gravure, et associant l’art du trait à une savante monochromie.

Ainsi, ses grands formats, véritables "tableaux manifestes" exposés pour la première fois depuis les années folles, témoignent de l’originalité profonde de l’artiste, entre nus opalescents et contours tracés au sumi, l’encre japonaise dont il était aussi un virtuose.

Se rendre au musée Maillol à Paris