À Figeac, le Viguier du Roy fait parler les vielles pierres

Depuis plus de sept siècles, le Château du Viguier du Roy veille sur le quartier médiéval de la cité de Figeac. Sauvé de l’oubli, ce témoin des riches heures de l’Occitanie renaît aujourd’hui métamorphosé en hôtel 4 étoiles de caractère. Une adresse hors du temps dont le nouveau décor tout en variations autour de l’écriture et de la couleur tisse de subtiles harmonies entre le design contemporain et la patine d’un patrimoine exceptionnel.

À l’abri de ses hauts murs, c’est l’un des emblèmes de la cité médiévale de Figeac et de son histoire. Pourtant il s’en est fallu de peu pour que le Château du Viguier du Roy soit à jamais fermé aux visiteurs.

Pépites architecturales d'Occitanie

Symbole de la puissance royale – le viguier du roy était une sorte de préfet du temps de Philippe IV Le Bel – ce monument historique, déjà devenu hôtel entre 1990 et 2008, devait être vendu pour être transformé en résidence privée. C’était sans compter sur la ténacité des amoureux des vieilles pierres qui ne pouvaient se résoudre à laisser ce joyau du patrimoine tomber dans l’oubli. Rachetée par la collectivité du Grand Figeac, l’ensemble de bâtiments dont les plus anciens remontent au XIIe siècle a été confié au groupe Cité-Hôtels qui exploite d’autres pépites architecturales en Occitanie comme l’Hôtel de la Cité à Carcassonne ou l’Hôtel des Consuls à Toulouse.

Se muer en "trait d’union entre nos visiteurs et le patrimoine qui les entoure" : avec l’ouverture de l'hôtel Mercure Viguier du Roy en juillet, la devise du groupe hôtelier familial et haut de gamme Cité-Hôtels est plus que jamais gravée dans la pierre !

Après avoir été inaccessible pendant plus d’une décennie, ce site unique dévoile de nouveau ses 5 000 m² de bâti disparate et pourtant d’une harmonie à couper le souffle, entre cours, patios et petits jardins à la française, terrasses et escaliers de pierre, cloître et aile XVIIIe siècle sans oublier la fameuse tour royale du XIVe siècle et sa chapelle gothique.

Patine ancienne et touche contemporaine

À l’intérieur, le voyage dans le temps se poursuit de plus belle : à la patine ancienne des différentes époques s’ajoute désormais une touche contemporaine aussi audacieuse qu’inspirée.

En hommage à l’un des plus illustres enfants du pays, l’égyptologue Jean-François Champollion, l’architecte d’intérieur Chantal Peyrat a ponctué les espaces de variations autour de l’écriture, parsemant les murs de clins d’œil aux codes graphiques, des hiéroglyphes aux tags en passant par la calligraphie. Et mis en valeur au passage la majesté du décor – pierre de taille, fer forgé, poutres apparentes et meubles en marqueterie- en déclinant les couleurs sur tous les tons.

Savourer une cuisine généreuse du terroir au coin de la monumentale cheminée Renaissance du restaurant bistronomique, se plonger dans un roman au milieu des boiseries jaune d’or d’un salon Louis XV ou siroter un verre sous une voûte centenaire... Comme dans un conte, on s’attendrait presque à croiser chevaliers, princesses ou marquises au détour de l’un des nombreux recoins du château transformés en autant d’espaces de vie.

Confort moderne et réminiscences médiévales

Et dans les 21 chambres et suites aux opulents volumes (12 de plus sont prévues au printemps 2020), le confort moderne s’accommode de réminiscences médiévales : quelques unes sont aménagées dans les solelho, les greniers ouverts typiques de l’architecture de Figeac au Moyen Âge, et certaines ont conservé, à l’abri de leurs baies géminées, des coussièges, ces bancs médiévaux ménagés dans l’embrasure des fenêtres. L’endroit idéal pour songer au destin des personnages célèbres de l’Occitanie qui leur ont donné leurs noms, d’Aliénor d’Aquitaine à Bernard de Savignac, le premier viguier du Roy.

Et pour plonger un peu plus dans l’histoire de cette cité marchande florissante au Moyen Âge et étape du pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, il suffit de pousser la porte du domaine ; tout autour le dédale des ruelles et venelles dévoile un patrimoine inouï entre hôtels particuliers du XVIIIe siècle, galeries Renaissance et demeures médiévales. Parmi elles, la maison natale de Champollion a été transformée en musée des écritures du monde : 5 300 ans d’usage des signes s’y racontent sous l’égide du premier égyptologue à avoir déchiffré les hiéroglyphes.

Se rendre à Figeac, en Occitanie