L'Hôtel de Crillon ou l’art de se sentir Parisien

Fraîchement rénové et doté depuis peu de la distinction Palace, cette icône du néo-classicisme à la française joue plus que jamais la carte du chic intemporel, réinventant un nouvel esprit parisien entre XVIIIe siècle et avant-garde contemporaine.
L'art du détail

Ce sont souvent les petits détails qui font les grandes différences. Des livres d’art, des bibelots soigneusement choisis : dans les 78 chambres Deluxe, la décoration se fait intimiste pour mieux capter l’essence du style parisien. Hôtel particulier à l’origine, l’Hôtel de Crillon retrouve ainsi un peu de sa vocation de résidence privée…

L'art du détail

Ce sont souvent les petits détails qui font les grandes différences. Des livres d’art, des bibelots soigneusement choisis : dans les 78 chambres Deluxe, la décoration se fait intimiste pour mieux capter l’essence du style parisien. Hôtel particulier à l’origine, l’Hôtel de Crillon retrouve ainsi un peu de sa vocation de résidence privée…

Chez Marie-Antoinette

Les 10 suites Signature incarnent le nouvel esprit de ce Palace historique : insuffler un vent de modernité dans le classicisme à la française. Comme dans la suite Marie-Antoinette dont le décor élégant tout en gris perle et rose poudré, revisite les codes du XVIIIe siècle.

Chambre avec vue

Hommage à un autre familier des lieux, le compositeur éponyme, la suite Bernstein aménagée au sixième étage, se prolonge d’une terrasse exclusive de 238 m² surplombant la place de la Concorde. Comment ne pas se sentir Parisien (ou Parisienne) avec cette vue à couper le souffle, ponctuée par la tour Eiffel ?

Blotties sous les toits, trois chambres invitent à s’immerger dans l’univers bohème du Paris artiste. Un hommage aux écrivains, aux artistes et aux peintres qui ont contribué à faire rayonner la ville Lumière, le confort en plus !

Ecrin gourmand

C’est un secret bien gardé. Niché au cœur de l’hôtel, le restaurant gastronomique est conçu comme un lieu intimiste, où 24 convives se laissent embarquer chaque soir dans un voyage culinaire inédit. À la barre, le chef Christopher Hache, attentif à chaque détail, du décor de la table jusqu’à l’assiette, mêle saveurs du monde et savoir-faire français dans un accord parfait.

Ecrin gourmand

C’est un secret bien gardé. Niché au cœur de l’hôtel, le restaurant gastronomique est conçu comme un lieu intimiste, où 24 convives se laissent embarquer chaque soir dans un voyage culinaire inédit. À la barre, le chef Christopher Hache, attentif à chaque détail, du décor de la table jusqu’à l’assiette, mêle saveurs du monde et savoir-faire français dans un accord parfait.

Bain divin

On s’imagine volontiers en sirène dans l’écrin de la piscine, véritable salon aquatique serti d’une mosaïque où palpitent 17 600 écailles dorées. Autour, les élégantes méridiennes invitent à s’alanguir après le bain.

Savants mélanges

Des ors et des fresques mixés avec des sessions live de DJ ? D’un chic intemporel, le bar les Ambassadeurs dose savamment les époques à l’instar du plus élaboré de ses cocktails. Une pincée de souvenir du duc de Crillon, un zeste d’esprit contemporain, un soupçon d’avant-garde. Dégustez !

Savants mélanges

Des ors et des fresques mixés avec des sessions live de DJ ? D’un chic intemporel, le bar les Ambassadeurs dose savamment les époques à l’instar du plus élaboré de ses cocktails. Une pincée de souvenir du duc de Crillon, un zeste d’esprit contemporain, un soupçon d’avant-garde. Dégustez !

Douces alcôves

Avec ses alcôves secrètes et ses douces couleurs améthyste, le jardin d’hiver invite à une parenthèse gourmande. Aussi apaisantes que le décor, les douceurs du chef pâtissier s’autorisent tous les mariages : cafés rares, thés éclectiques et champagnes sont au menu.

Toute une histoire

C’est dans le salon des Aigles que fut signé en 1778 le premier traité franco-américain reconnaissant l’indépendance des Etats-Unis. En 1919, la Société des Nations y est née. Avec ses fenêtres donnant sur la place de la Concorde, ex-place Louis XV, voilà un lieu de réunion pour le moins royal.

Toute une histoire

C’est dans le salon des Aigles que fut signé en 1778 le premier traité franco-américain reconnaissant l’indépendance des Etats-Unis. En 1919, la Société des Nations y est née. Avec ses fenêtres donnant sur la place de la Concorde, ex-place Louis XV, voilà un lieu de réunion pour le moins royal.