Eric Guérin : un chef au Musée d’arts de Nantes

Après 6 ans de travaux, le Musée d’arts de Nantes a rouvert le 23 juin dernier. Doté d’une extension "Le Cube" dédiée aux œuvres contemporaines, il innove aussi en accueillant un espace de restauration, le Café du Musée. Eric Guérin, le chef étoilé de La Mare aux Oiseaux, près de la Baule, et du Jardin des Plumes à Giverny, agrandit sa palette de saveurs avec cette nouvelle adresse urbaine. Il nous explique comment il fait dialoguer tableaux et mets dans l’assiette.

Pourquoi avoir accepté de signer la carte du restaurant du Musée d’arts de Nantes ?

J’ai grandi dans une famille de collectionneurs et de passionnés d’arts. Très jeune, ma maman a ouvert une galerie à la maison et nos week-ends étaient rythmés par les dîners de vernissages. Ces grandes tablées m’ont donné l’envie de devenir cuisinier. Alors, le retour à l’art aujourd’hui par la cuisine est un peu comme une boucle qui se ferme.

En quoi le musée vous inspire-t-il ?

J’ai toujours construit mes plats en partant du visuel et en passant par le dessin. J’aime les confectionner comme autant d’histoires et de tableaux de saison. Au Musée d’arts de Nantes, l’énergie est forte et l’inspiration multiple. Certes, je dois avant tout répondre aux besoins de la clientèle qui demande juste à se restaurer au déjeuner mais j’espère à terme pouvoir jouer une gamme plus artistique pour le dîner avec nos soirées bistrot du jeudi, vendredi et samedi pour lesquelles le musée nous est réservé.

Mettez-nous en appétit avec quelques exemples des plats...

Régulièrement, nous faisons un clin d’œil à un artiste. Ainsi la semaine d’ouverture en juin, nous avons rendu un hommage à Pierre Soulages au travers d’une lotte juste cuite à la fleur de Bretagne, poisson et chou-fleur étant présentés sous différentes textures et décorés de fumet de poisson aromatisé à l’encre de seiche. Un autre menu s’est inspiré d’une œuvre de Pollock, en jouant sur des traits de couleurs fortes autour d’un rouleau de printemps revisité en version petits légumes de région et homard de nos côtes.

Quelle est votre œuvre préférée au Musée d’arts de Nantes ?

L’art est comme la cuisine, il est multiple et dépend beaucoup de l’état d’esprit dans lequel nous nous trouvons à un instant précis. C’est d’ailleurs ce qui me touche au travers de la mise en scène du musée et de cette belle modernité. Déambuler, se laisser porter par la vibration du lieu et découvrir ou redécouvrir une œuvre à chaque instant, c’est juste magique. Bien entendu, j’ai toujours un petit frisson devant les Monet et ses Nymphéas, dont le musée de Nantes expose une version, qui me rappellent où j’ai grandi et que mon deuxième établissement, Le Jardin des Plumes, est à Giverny.

Quels seraient vos arguments pour convaincre des voyageurs de venir à Nantes?

Nantes est une ville hautement culturelle et bien en phase avec son époque, totalement en mouvement. On peut suivre la ligne verte qui dirige le promeneur vers les plus beaux lieux et monuments puis se perdre quelques heures dans cette douce immensité du Musée d'arts. Ici, le temps suspend son vol et l’Art vous susurre des mots d’amour à l’oreille. Il ne reste plus pour digérer tout cela qu’à faire une pause au Café du Musée.

Se rendre au Café du Musée, à Nantes